Le Pôle d’Aide Aux Victimes de Violence (AVV), est une unité spécialisée qui propose la prise en charge de personnes victimes de violence de nature psychologique, physique et/ ou sexuelle. Cette prise en charge se caractérise par un accompagnement à la fois juridique et psychologique, ces deux domaines étant dans ces situations intimement liés pour les personnes.

Ce Pôle de l’association Monceau CEAP permet de mettre à disposition des victimes et de leur entourage, au sein d’un même lieu, des consultations juridiques et un soutien psychologique.

Le Pôle d’Aide aux victimes de violence intervient à la demande :

  • Des victimes
  • De leurs proches
  • Des services sociaux de secteur
  • Des services de police
  • Des services juridiques

Indications :

  • Situations de violences (psychologique, physique, sexuelle)
  • Enjeux liés au signalement, dépôt de plainte, séparation et divorce

Le Pôle d’Aide Aux Victimes de Violence propose un accueil sur rdv et une prise en charge pour :

  • Aider les victimes (et leur entourage), qui sont confrontées à une situation de violence psychologique, physique et/ ou sexuelle
  • Accompagner et soutenir les personnes à tout stade de la situation rencontrée
  • Orienter et donner des informations précises en matière juridique, médical et social

Consultations du pôle Aide aux victimes de violence

Consultation juridique

La prise en charge juridique est essentielle.

Elle consiste à faire cesser les violences, mettre à l’abri et en sécurité, faire appel à la Loi. Il s’agit donc de mettre en place un véritable accompagnement juridique en étroite collaboration avec la prise en charge psychologique, indispensable dans ce type de situation traumatique, et de donner des informations précises à la victime sur ses droits, lui expliquer les conséquences judiciaires des violences subies.

Au cours des consultations juridiques, le niveau de gravité et d’urgence est apprécié au regard de la situation de danger rapporté par la victime. Il est accordé une vigilance particulière dans les situations ou des enfants sont présents.

L’histoire, le parcours de vie en lien avec cette situation sera intégralement retracé au cours des consultations, afin de nommer, d’identifier ensemble les violences subies, et de les qualifier pénalement le cas échéant. Le récit de vie participe au positionnement de la personne quant à une décision de séparation et permet un soutien actif au cours des consultations.

Seront déterminées ensemble, les étapes et les démarches à effectuer pour permettre à la victime de faire cesser les violences en faisant appel à la Loi : aide à la rédaction de plainte, à la constitution d’un dossier (attestations, certificats médicaux), orientation vers les services adaptés, information sur les délais de prescriptions, sur les possibilités d’interdictions prononcées par le juge d’accéder au domicile conjugal pour les conjoints violents, et sur les possibilités d’éviction du conjoint.

La consultation juridique aide à comprendre et à intégrer les enjeux d’une procédure judiciaire, à établir une stratégie, à accompagner et soutenir les personnes. Toutes ces étapes se définissent de manière coordonnées avec l’accompagnement psychologique du Pôle d’Aide aux Victimes.

Consultation psychologique

Face à un stress extrême comme un viol ou des violences conjugales, le cerveau met en place des mécanismes de défense et de sauvegarde qui permettent à la victime de diminuer sa souffrance physique et psychique ; il s’agit de réactions neurobiologiques normales du cerveau face à une situation anormale, celle des violences.

Avoir subi de façon unique ou répété des violences physiques, psychiques, sexuelles, peut conduire à des souffrances majeures et très invalidantes, qui se manifestent par différents symptômes : souffrance morale liée à des réminiscences des violences (mémoire traumatique), cauchemars, hypersensibilité, agressivité, troubles de la mémoire, dépression, idées suicidaires, problèmes physiques, phobies, hyper vigilance, conduites à risques, conduites addictives...

Ces souffrances peuvent donc être génératrices de vulnérabilités et d’exclusion ; il s’agit de conduites dissociantes mises en place par la victime pour calmer les réminiscences des violences. Ces troubles peuvent s’installer durant des mois, des années, voire toute une vie et nécessitent une prise en charge psychologique adaptée.

La rencontre avec un psychologue du Pôle d’Aide Aux Victimes de Violence de l’Association Monceau CEAP formé et expérimenté à la prise en charge des personnes psycho-traumatisées dans ce type de prise en charge, permet de parler de son histoire traumatique, dans la perspective de lui attribuer un sens et à l’inscrire dans son histoire personnelle. Ce travail se fait dans le respect du rythme et des besoins personnels de chacun et vise à dépasser le choc qui a entrainé l’état de sidération du psychisme qui empêche de réagir de façon adaptée.

Groupe de parole

Qu’est-ce qu’un groupe de parole ?

C’est la réunion de plusieurs personnes qui s’expriment sur la thématique de leur choix. Partager des expériences, des souffrances, et échanger, les groupes de paroles permettent aux personnes qui y assistent de mettre en commun leurs vécus. Chacun exprime « ses maux » et apprend des expériences des autres. La confiance et la complicité qui s’installent entre les patients permet de trouver les clés et les piste de réflexions pour remédier à ses problèmes.

Il s’agit d’une thérapie de groupe basée, comme son nom l’indique, sur la parole et la libre expression. Psychologue et/ ou psychothérapeute, les groupes de parole sont animés par un modérateur.

Basé sur la parole et la libre expression, les règles de fonctionnement du groupe sont :

  • Discrétion
  • Confidentialité
  • Liberté de silence et de parole
  • Non-jugement
  • Non monopolisation de la parole
  • Non-violence physique et verbale

Un groupe de parole c’est un espace d’ouverture, de disponibilité, de respect de soi et des autres, de non conseil, d’accueil ou chaque participant peut partager un vécu, une problématique, une difficulté, dans la confiance et la confidentialité.

L’objectif est d’offrir un espace d’écoute et d’expression, ou la parole peut être posée et entendu. De proposer un espace sécure qui permet de communiquer efficacement sur les difficultés rencontrées dans une problématique commune, grâce aux échanges qui s’y produisent entre les membres.

Fréquence : le groupe de parole se réunit une fois par mois

Durée : sur une durée de 2 heures

Nombre de participants : limité à 6 personnes

Informations pratiques

Pour prendre RDV pour une consultation du pôle Aide aux victimes de violence, nous vous remercions d'envoyer un email à Myriem Maicha, coordinatrice juridique, ou de compléter le formulaire de la page contact

Rendez-vous :

  • du lundi au vendredi
  • matin : 9H30 à 13H00
  • après-midi : 14H00 à 17H00
  • Consultation juridique : 100€
  • Consultation psychologique : 100€
Toute consultation annulée moins de 48H00 à l’avance sera facturée.